30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 11:20

Avec les extraits de textes qui suivent, j'ai pensé que cela résume assez bien la situation. Rappelez vous, ce ne sont que des extraits.

 

 

 

L'homme

Dès qu’un sentiment heureux de quelque intensité apparaît dans cette psychologie, l’homme perd immédiatement une grande partie de ses moyens. Paralysé, il ne trouve plus les mots pour exprimer sa joie ; son visage s’éclaire ; il sourit béatement. Bien vite il essaie de détourner la conversation sur des sujets banals. Les émotions l’épuisent, il a soif. Il faut remarquer avec quelle gaucherie certains assistent à un mariage qui les émeut. Les pères des jeunes mariés doivent faire un effort sur eux-mêmes pour se donner un peu de souplesse. Le jeune papa qui apprend la bonne nouvelle de la naissance de son enfant devient tout drôle, presque sot. Il regarde d’un air hébété l’infirmière ; la joie l’écrase. Parfois, l’homme ne contrôle plus ses réactions ; les sentiments de bonheur fusent en tous sens ; il parle, rit, fait des gestes. Son comportement excité dénote un bouleversement psychique que l’individu ne parvient pas à maîtriser ; il ne perçoit même pas le côté comique et ridicule de ses attitudes.

Lorsque l’homme est cruellement blessé dans ses sentiments, il se raidit de toutes ses forces. Pour supporter la sensation douloureuse, il évite de relâcher sa tension intérieure qui le durcit. On a l’impression d’un état psychique prêt à craquer. Sous l’effet de cet effort de résistance, des décharges énergétiques engorgent l’organisme. L’individu se sent emporté par des poussées difficilement maîtrisables. Ces débordements peuvent être déclenchés par une simple attitude de mépris, d’ironie ou d’indifférence de la part de la personne qui, involontairement ou de bon gré, est la cause de cette torture morale. Incapable de contenir ses énergies qui l’envahissent, l’homme est déchaîné. Alors l’idée qui servait à orienter sa tension interne, devient une idée fixe qui dirige les gestes du meurtrier. Dans une semi-conscience, il s’acharne sur sa victime jusqu’à épuisement de ses forces. Cet envahissement de l’organisme est si intense qu’aucun souvenir précis ne subsiste dans la mémoire qui n’a pu fonctionner normalement. Bien que l’individu n’ait aucune défectuosité mentale, il sort soulagé, hagard, épuisé de cette crise ; il se demande comment il a pu en être arrivé là et il se pose cette question très loyalement ; il ne sait que dire : « J’ai eu un coup de sang » ou : « J’ai vu rouge ».

 

La femme

La sensibilité féminine n’atteint véritablement toute sa finesse et son équilibre que sous l’effet d’une générosité totale. Elle s’harmonise alors en s’approfondissant jusqu’au plus intime de cette nature humaine. Les sensations éprouvées deviennent plus riches, plus nuancées, plus variées. Les réactions moins violentes sont plus douces et s’adaptent avec précision aux vitalités étrangères. La femme se montre par conséquent capable d’une réelle communion psychique avec tous ceux qui l’entourent. Elle peut alors vivre des joies intimes qui la conduisent au bonheur.

Nous ne pouvons comprendre le comportement féminin dans son ensemble qu’en partant de la sensibilité. Chez une femme équilibrée, toutes les sensibilités s’harmonisent, en effet, en une synthèse dont la base est le sentiment.

C’est la raison pour laquelle la femme ne recherche pas les plaisirs de la table pour eux-mêmes. Ces diverses sensations ne lui sont réellement agréables que si elle les partage avec une personne qu’elle affectionne. Le facteur sentimental est si important qu’elle trouve délicieux un plat, uniquement parce qu’il lui est offert avec amabilité. Bien plus elle finit par l’aimer. Elle s’enthousiasme à un match de ballon, de boxe, de catch, uniquement parce qu’elle y assiste en compagnie de son fiancé, de son mari, ou bien parce qu’elle éprouve un sentiment particulier pour une équipe. En face de certaines brutalités, elle pousse des cris, se crispe, détourne le regard ; qu’importe ? elle est heureuse de partager des émotions avec ceux qu’elle aime.

Lorsque la femme ressent de l’antipathie, elle ne peut goûter les plaisirs auprès des personnes pour qui elle éprouve du ressentiment. Les distractions les plus agréables lui paraissent insupportables ; les paysages les plus beaux deviennent ternes ; les mets les plus succulents sont insipides. Il n’est pas toujours très facile à un mari de faire admettre à son épouse que le repas qu’il a bien fallu accepter chez une « chère amie » était délicieux ! Les hommes pensent qu’il s’agit d’un parti-pris ; ils oublient que la sensibilité physiologique de la femme est en étroite dépendance de la sensibilité sentimentale.

Cette dépendance est très manifeste encore dans le comportement de la femme à l’égard de ceux qui l’entourent. Les défauts physiques disparaissent à ses yeux lorsque des sentiments affectueux augmentent. Elle trouve beau son enfant, découvre du charme chez l’homme pour qui elle a de la tendresse. Elle est capable de surmonter les pires répugnances pour soigner ceux qu’elle aime. Mais dès que son affection diminue, les moindres travers lui deviennent une gêne ; son antipathie lui rend insupportable un sourire, un regard, un baiser. Tous ces témoignages déclenchent même des répulsions physiques.



Source:
http://www.famille.pyrat.net

Source de la famille Pyrat. Louis J.M. SAHU ChommeET femme(1960 environ)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dracipe27 - dans Documentation
commenter cet article

commentaires

Ornella71 07/07/2009 21:00

...Sur l'homme aussi (oups, je l'avais oublié!)

Dracipe27 13/07/2009 17:35


Oups.............j'avais mis les deux..............reoups.


Ornella71 07/07/2009 20:59

Bonsoir Dracipe, rien à dire sur l'extrait de la femme!....

Dracipe27 13/07/2009 17:35


Ouf j'ai eu chaud !!!!!!!!!!!!!!


corinne 01/07/2009 10:07

et oui que veux tu !!!!! nous sommes parfaites enfin presque (lol)par contre c'est vrai, un texte trop long n'est pas forcément lu en entier

Dracipe27 01/07/2009 13:33


Je dirai,rarement...........................Parfaites.................houlala les chevilles !


corinne 01/07/2009 08:52

coucouet oui la femme est beaucoup plus sensible, plus sentimentale que l'homme, Par contre une chose m'a fait sourire, si je regarde un matvh de foot, c'est d'abord pour me faire plaisir à moi et à moitoute seule, je ne tolère aucun bruit pendant 90 minutes (lol), non je rigole mais c'est vrai j'adore le foot et le sport en généralJe pense aussi que la femme pense plutôt à faire plaisir à sa famille avant de se faire plaisir à elleJ'aime beaucoup et je confirme le paragraphe sur l'antipathieSuper ton article mais il y a tant à dire !!!!!bonne journée

Dracipe27 01/07/2009 10:00


Justement ,il y a trop à dire et j'ai volontairement "oublié" le reste,car je sais,par experience que les articles trop longs sont ................zappés systématiquement.On ne lit pas un texte
trop long.Ceci étant,la preuve est faite que les dames sont plus "mûres" que les hommes...................hélas.


Présentation

  • : Le blog de Dracipe27
  • Le blog de Dracipe27
  • : Débuter avec Word,Excel,photos numériques,trucs et astuces basiques pour débutants,Windows XP.Citations.Humour et blagues gentilles.Infos pour découvrir.Actualité positive du monde.Biographie hommes célebres.Contes et légendes.
  • Contact

Citations

  Rives des songes.MFD.Jipé (2)

Parc du Chateau de la Motte TILLY

 

 

La reconnaissance vieillit vite.

Aristote 

 

J’ai fait un rêve dans le temps passé
Quand l’espoir était brillant
Et que la vie valait la peine d’être vécue
J’ai rêvé que l’amour ne mourrait jamais.
Les misérables

 

Pensées du jour

La patience guide l'espoir en terrain inconnu.
 
L'espoir est une lumière dans un océan de ténèbres.
 
BSS.CB.JP (13)
 
Quand il n'y a plus d'espoir il y a encore un petit espoir
 
 
 
 
 
 

Le champ du monde

 

Pour s'inscrire Cliquez
 ---------------------------------------------------------------

Réfléchissons !!!!

Visiteurs d'ailleurs

Compteur installé juillet 2010 

 

 

 

 

visiteurs from aout 2007

Visiteurs "Uniques"




Toutes les photos marquées

Dracipe27 ou Antoine,

Maguy ,Mary ,

et Le mauricien


sont ma propriété. Respectez mon travail.
Si l'une d'elles vous plait,
demandez moi l'autorisation avant.