24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 08:48

Jean Reinhardt, plus connu sous le nom de Django Reinhardt (Liberchies, Pont-à-Celles, Belgique, le 23 janvier 1910 - Samois-sur-Seine, France, le 16 mai 1953) est un guitariste gitan de jazz né en Belgique. Son style de jeu et de composition a ensuite été imité, donnant naissance à un style à part entière : le jazz manouche.

Issu d’une famille manouche, il est encore aujourd’hui l’un des guitaristes les plus respectés et influents de l’histoire du jazz. Trois de ses descendants sont devenus guitaristes : Lousson Reinhardt, son fils aîné issu d'un premier mariage, Babik Reinhardt, son second fils décédé en 2001, et David Reinhardt, fils de Babik, qui poursuit aujourd'hui la voie de son grand-père en tant que jazzman, en refusant de n'être qu'un simple imitateur.

Jean Reinhardt naît le 23 janvier 1910 dans une roulotte stationnant à Liberchies, en Belgique, où il est déclaré « fils de Jean-Baptiste Reinhardt et de Laurence Reinhardt »[]. Son père Jean-Eugène Weiss travestit son nom pour échapper à la conscription[]. L’enfant fait partie d’une famille de Roms (gadjkénés) nomades habitués à traverser l’Europe de part en part. Il passe donc sa jeunesse à voyager en France, en Italie ou en Algérie pour fuir la Première Guerre mondiale avant que sa famille ne se fixe finalement à Paris, d’abord sur les Fortif’, la Zone mal famée jouxtant la Porte de Choisy, puis à la Porte d'Italie.

La rencontre avec le banjo de son oncle à l’âge de dix ans est décisive. Fasciné par l’instrument, le jeune Django n’a dès lors de cesse de s’écorcher les doigts sur ses cordes oxydées. Il fait son apprentissage en observant avec attention les musiciens de passage au campement, et acquiert bientôt une dextérité hors du commun. Il se mettra ensuite, avec le même bonheur, au violon et finalement à la guitare.

À l’âge de 13 ans, il court déjà le cachet dans les bars et bals de Paris, ainsi que dans les demeures des gens aisés, tout en continuant de jouer surtout pour son propre plaisir. La réputation du jeune virtuose se répand chez les amateurs de musique et en 1928, l'accordéoniste Jean Vaissade permet à Django d’enregistrer son premier disque[]. L’adolescent ne sachant ni lire ni écrire, même pas son propre nom, les étiquettes portent la mention « Jiango Renard, banjoïste »[].

Source: wikipedia

Repost 0
15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 12:36

Bonjour à tous.


Une mode tenace veut que sur le "web" l'on se présente et que l'on mette une photo pour que tout le monde puisse apprécier votre "trombine".Et bien  moi aussi je vais le faire.Mais que se passe- t-il ya comme un probleme,c'est bien moi,mais ........non c'est pas vrai le magicien m'a encore roulé dans la farine.On peut avoir confiance en personne.Mais au fait j'y pense c'est normal.......bien sur.J'oubliais tout le monde met sa photo mais ne met jamais "comme celle que" l'on a sur les papiers d'identité,je comprends .......en fait c'est un magicien gentil,car il avait vu que j'allais me tromper ,et il a tout de suite rectifié l'erreur.Donc je suis normal et comme tout le monde.Ouf j'ai eu chaud.Je suis rassuré.

Votre-serviteur.jpg


??????????????Non mais sans blague une fille ,moi,je suis un garcon.A l'époque,quoi "qu'elle époque",ca vous regarde pas ,nom de zeus,tous les garcons étaient avec des cheveux longs.On a pas attendu mai 68 ou Antoine avec sa chemise a fleur.Tiens,"Antoine" cela me rappel qqun,mais je ne sais plus qui.
Allez sans rancunes A bientôt.


Signé:Votre serviteur Pracip27

Repost 0
12 octobre 2008 7 12 /10 /octobre /2008 11:28

ANTOINE

Le plus "élucubrationesque" de nos chanteurs, s'il a délaissé les lumières du show-biz pour parcourir le monde à bord de voiliers, occupe une place à part dans le coeur des français.

Pierre-Antoine Muraccioli dit Antoine
né le 4 juin 1944 à Tamatave (Madagascar)

Le plus "élucubrationesque" de nos chanteurs, s'il a délaissé les lumières du show-biz pour parcourir le monde à bord de voiliers, occupe une place à part dans le coeur des français. De son enfance passée entre Saint Pierre et Miquelon, Marseille et le Cameroun, il conserve un sourire malicieux et une chaleur communicative. Très tôt le voyage l'attire : il traverse ainsi l'Europe de part en part tout en préparant un brevet à l'Ecole Centrale d'Ingénieurs. L'âme vagabonde accrochée à sa guitare, c'est presque par hasard qu'il sort en 1966 son premier album : "Les élucubrations", qui connaîtra un succès gigantesque, à tel point que l'apprenti chanteur/ingénieur est invité à se produire... à l'Olympia ! Mai 68 n'est pas loin et la jeunesse adore immédiatement ce jeune homme dégingandé, auteur de paroles finalement provocatrices pour l'époque.
La muse le taquine et voilà que quelques mois après ce premier album sort un second : "Antoine rencontre les problèmes". Pour la petite histoire, les problèmes est le nom du groupe choisi par le chanteur pour l'accompagner. Groupe qui volera ensuite de leurs propres ailes sous le pseudonyme des Charlots. Tout de suite une image en marge du strass et des paillettes s'impose : cheveux longs, chemises à fleurs, on croirait Antoine sorti directement de Woodstock. Il brocarde Johnny Hallyday qui le lui rend bien en chantant "Cheveux longs idées courtes".

Entre terre et mer

Le public jeune continue de soutenir le chanteur à travers des titres comme "Je l'appelle Canelle", "Je reprends la route demain", "Ra-ta-ta". En 1969, le hasard lui fait découvrir la navigation. Coup de foudre : l'artiste s'aperçoit que les flots bleus lui conviennent davantage que les agitations parisiennes. Il se promet de partir naviguer dans cinq ans. Entre temps, il enregistre tout en bâtissant une ferme en Auvergne. Il se paie même, par le biais d'un album, une incursion dans l'opérette en enregistrant "Dédé" et en reprenant le titre rendu célèbre par Chevalier : "Dans la vie faut pas s'en faire".
En 1974 Antoine sillonne le globe avec son superbe bateau. La navigation devient une nouvelle porte vers l'inspiration. De ces aventures naîtront des chansons comme "La motogodille", "Marinheiro". En 1987, ce défenseur de la terre convaincu offre à son public un touchant "Touchez pas à la mer", prévoyant bien à l'avance les innombrables catastrophes maritimes liées à la folie des hommes. Il s'éloigne de la scène et de la chanson pour continuer ses voyages et réaliser de magnifiques documentaires et albums photos sur les îles, s'assurant de ce fait une nouvelle popularité.
En 1995 il revient à Paris pour le spectacle au concept original : "Un tour de chant + un tour du monde" mixant des chansons ou reprises avec des images rapportées du monde entier. Libre de toute entrave, près de la nature et des hommes, Antoine sait à merveille user de la chanson, comme pour s'amuser, tout en parcourant les mers du monde.

 

Repost 0
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 13:38

The Animals



Sous l'impulsion des Animals le rythm and blues noir américain a connu une véritable révolution dans les années 60. Leur reprise de "The house of the rising sun" a fait le tour du monde.

The Animals, un nom hérité d'un jeu de scène sauvage ou encore d'Animal Dog, un vétéran au passé trouble... autant d'histoires qui tentent d'expliquer l'origine du nom de ce groupe qui se forme en 1963 à Newcastle en Angleterre.
Il y a d'abord Eric Burdon, le chanteur, amateur de trombone, qui commence par se produire avec des musiciens de jazz.
John Steel, lui, joue de la trompette mais également de la batterie. Ils ont en commun la passion du jazz, du rythm and blues et du rock and roll.
L'accord musical se concrétise plus encore, lorsqu'ils font appel à Bryan " Chas " Chandler, le bassiste, Alan Price, le pianiste, et Hilton Valentine, le guitariste... Les Animals, qui se font appelés dans les premiers temps The Alan Price R&B Combo, sont enfin au complet.
Dès 1963, ils se produisent en Allemagne avant d'adapter l'année suivante un classique du blues, " Baby let me take you home ". Un premier titre qui leurs ouvrent les portes d'une tournée en Angleterre, où ils se produisent notamment aux côtés de Chuck Berry. L'occasion pour le groupe de sortir " House of rising sun ", une nouvelle adaptation notamment interprétée par Joan Baez. Le chanson se place en tête des hits parade aux Etats-Unis. Le succès est également international. En France, elle devient avec Johnny Hallyday " Les portes du pénitencier ".
Après diverses reprises de blues, notamment de John Lee Hooker, The Animals enregistrent une première composition originale, " I'm crying ".
En 1964 toujours, sort leur premier album, " The Animals " suivi d'un deuxième volume l'année suivante qui contient " Don't let me be misunderstood ".

Rupture consommée

C'est à la suite de ce nouveau succès qu'Alan Price décide de quitter la formation pour entamer une carrière solo. Il est remplacé par un pianiste de formation classique, Dave Rowberry, alors que sort " It's my life ", un autre classique.
Les tensions, qui commencent à transparaître, conduisent à un nouveau départ, celui de John Steel qui laisse sa place à Barry Jenkins. L'ex du groupe des Nashville Teen est le seul à rester fidèle à Eric Burdon.
Dès lors, les intonations se font plus psychédéliques (une vague qui déferle en particulier sur la côte Ouest des Etats-Unis) notamment lors de leur ultime concert donné à Newcastle en 1968.
Néanmoins, sous la houlette de Bryan " Chas " Chandler, désormais manager de Jimi Hendrix, la formation initiale se retrouve en 1976 sur le disque au titre évocateur, " Before we were so rudely interrupted ".
Sept ans plus tard, nouvelles retrouvailles sur " Ark ", qui ne rencontre pas l'écho de leur précédent disque.
En revanche, la compilation, " The greatest hits live ", sortie l'année suivante, permet aux fans de revivre les heures glorieuses des Animals.
Le groupe qui fait l'objet de deux best of en 1990. " The complete Animals " rassemble une quarantaine de chansons enregistrées entre 1964 et 1965, tandis que " Inside looking out " réunit des titres de la période allant de 1965 à 1966 ainsi que des chansons d'Eric Burdon.
Autant de compositions, ou presque, que la formation reprend lors de son passage sur la scène du New Morning en mars 2008.



Repost 0
25 septembre 2008 4 25 /09 /septembre /2008 21:19

http://www.casadei.fr/en/pageLibre0001020a.html
Adamo représente l'éternel gendre idéal : attentionné, propre sur lui, souriant avec un soupçon de timidité. Menant sa carrière avec tact et discrétion.

Né le 1er novembre 1943 à Comiso (Italie)

Adamo représente l'éternel gendre idéal : attentionné, propre sur lui, souriant avec un soupçon de timidité. Menant sa carrière avec tact et discrétion, il sait se forger un univers personnel où la tradition de la chanson populaire se marie avec une constante recherche de qualité. Il quitte sa Sicile natale à 4 ans pour s'installer en Belgique où son père a trouvé un emploi de mineur. Enfant doux et appliqué dans ses études, ses parents rêvent pour lui d'un monde moins rude et se saignent aux quatre veines pour lui offrir un bel avenir. Le chant le captive et lui permet de travailler sa voix, qui s'avère particulièrement belle. Repêché in extremis pour concourir dans un radio crochet en 1959, Salvatore en devient le vainqueur. Ses quatre premiers 45 tours passent inaperçus. Ses parents, même s'ils se méfient du métier que leur fils a choisi, seront désormais toujours derrière lui à l'encourager. Sa sincérité et ses 20 ans en poche, le titre "Sans toi ma mie" sort enfin le jeune homme de l'anonymat. Il plait parce qu'il offre une alternative au courant yéyé en imposant cette image de jeune homme poli, de bonne famille. "Tombe la neige ", "Vous permettez, Monsieur ", "Les filles du bord de mer", "Mes mains sur tes hanches " sont autant de succès. Ses disques se vendent tout comme les places de ses concerts.

Une notoriété internationale

Adamo règne sur la scène de l'Olympia tout le mois de septembre 1965. Le Japon vénère à son tour le chanteur : cet amour ne s'éteindra jamais.
Son oreille musicale lui permet de s'acclimater facilement à plusieurs langues, lui permettant d'enregistrer ses succès en anglais, allemand, espagnol ou hollandais. En dehors du répertoire "gentil garçon", Adamo l'auteur-compositeur sait aussi s'intéresser aux événements contemporains comme le prouve la chanson "Inch'Allah" sur la guerre des 6 jours de 1967. Très tourné vers les autres, sa nouvelle casquette de producteur lui permet de lancer Gilbert Montagné. Si les années 70 restent fastes, la décennie suivante marque un virage. On préfère le disco, les rythmiques prévalant sur les textes. L'image trop lisse du chanteur ne colle plus avec l'air du temps. Sa popularité est toujours grande, mais impressionne encore plus à l'étranger. Un accident cardiaque le contraint à lever le pied et lui impose une retraite jusqu'en 1989. Le CD et les indispensables compilations relancent la carrière du chanteur avec la ressortie de ses anciens succès. Profitant de cette vague, il sort en 1992 un album de chansons nouvelles : "Rêveur de fond", très apprécié. Son exigence d'artisan, héritée de son père, est unanimement saluée. Deux ans plus tard, "C'est ma vie" regroupe les titres interprétés au Casino de Paris. "La Vie comme elle passe" arrive dans les bacs en 1995. Tout en continuant à chanter, la cinquantaine venue, Adamo prend davantage le temps de vivre. Il peint, s'occupe activement de l'Unicef, écrit des poèmes... En 1998 l'album "Regards" séduit un public toujours fidèle, tout comme "Par les temps qui courent", qui sort en 2001.
La même année, il sort un livre, cette fois, " Le souvenir du bonheur est encore le bonheur ". En 2003, il revient avec " Zanzibar " et ses quatorze chansons inédites. L'occasion d'un retour aux sources, marqué par les sonorités actuelles, et de représentations au Casino de Paris.
Après un accident cérébral en 2004, il revient quatre ans plus tard avec son vingtième album, " La part de l'ange ". Un disque aux sonorités latines : bossa, fanfare ou encore tango, dont il reprend les titres lors de son passage au théâtre parisien du Châtelet le 11 et 12 avril.

Le temps des tournées et des nouvelles chansons est loin d'être tari pour cet homme aux multiples talents qui a su s'imposer en douceur.

Repost 0
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 20:26


I have a dream

 

I have a dream, a song to sing
To help me cope with anything
If you see the wonder of a fairy tale
You can take the future even if you fail
I believe in angels
Something good in everything I see
I believe in angels
When I know the time is right for me
I'll cross the stream - I have a dream

I have a dream, a fantasy
To help me through reality
And my destination makes it worth the while
Pushing through the darkness still another mile

I believe in angels
Something good in everything I see
I believe in angels
When I know the time is right for me
I'll cross the stream - I have a dream
I'll cross the stream - I have a dream

I have a dream, a song to sing
To help me cope with anything
If you see the wonder of a fairy tale
You can take the future even if you fail

I believe in angels
Something good in everything I see
I believe in angels
When I know the time is right for me
I'll cross the stream - I have a dream
I'll cross the stream - I have a dream

************************

ABBA = Agnetha, Bjorn, Benny ,Anni-Frid

Icône des années disco, ABBA (dont le nom est formé des initiales d'Agnetha, Bjorn, Benny et Anni-Frid) a vendu plus de 300 millions de disques dans le monde.

Anni-Frid Synni Lyngstad (dite Frida née le 15 novembre 1945 à Ballangen en Norvège). A 13 ans, elle se produit au sein d'un orchestre et chante déjà dans des night-clubs très "adultes". En 1967, elle gagne un radio-crochet. Elle lâche mari et enfants pour une carrière qui ne décolle pourtant pas vraiment... jusqu'à sa rencontre avec Göran Bror Benny Andersson (dit Benny, né le 16 décembre 1946 à Stochholm en Suède).
Toute la famille du jeune homme est musicienne. Il quitte l'école à 15 ans et vit de petits jobs avant de devenir l'organiste d'un groupe. Son coup de foudre pour Frida sonne aussi le glas de sa relation avec la mère de ses deux enfants tandis que sa rencontre avec Björn Christian Ulvaeus (né le 25 avril 1945 à Göteborg en Suède) va marquer sa carrière.
Björn reçoit sa première guitare à 11 ans mais poursuivra quand même ses études de droit pour faire plaisir à sa famille. Avec trois amis, il fonde un groupe, ce qui lui vaut d'être remarqué par un producteur suédois de légende, Stig Andreson. C'est en participant à une émission de télévision qu'il rencontre Agnetha. Ase Fältskog (née le 5 avril 1950 à Jönköping en Suède). Leur relation ne sera pas que professionnelle.
Agnetha chante dans des galas dès son plus jeune âge avant de s'essayer à l'écriture et à la composition. Elle travaille comme standardiste le joue et chante tous les soirs dans des night-clubs. Cela finit par payer et elle monte dans les hit-parades. Son histoire d'amour avec Björn est qualifiée de "romance pop" par la presse : la légende d'Abba commence !

Waterloo, première victoire d'Abba

En 1970, les deux couples partent en vacances ensemble et apprennent à mieux se connaître. Dans les mois qui suivent, ils se mettent à composer les uns pour les autres, à faire des duos jusqu'à "People Need Love", la première chanson du groupe Björn & Benny Agnetha & Anni-Frid. Avec l'autorisation d'une marque de conserves de harengs qui porte déjà ce nom, ils choisissent Abba, constitué de leurs quatre initiales (le prénom complet de Frida étant en fait Anni-Frid) ! Totalement glam rock, "Waterloo" est un énorme hit avec lequel ils remportent le concours 1974 de l'Eurovision. C'est la première victoire de la Suède !
Il leur faut maintenant prouver qu'ils peuvent s'inscrire dans la durée : "I do, I do, I do" et "Mamma Mia" en sont l'éclatante démonstration. Agnetha et Anni-Frid enregistrent chacune un album solo, lançant les premières rumeurs (qui ne cesseront jamais) sur la dissolution du groupe.
Le mariage du roi Carl XVI Gustav de Suède leur donne l'occasion d'interpréter leur nouveau hit "Dancing Queen" bientôt suivi par "Money, Money, Money". Avec "Knowing Me, Knowing You", c'est même une véritable Abbamania qui déferle sur la planète ! Les tournées se suivent et le groupe prend juste le temps de faire une pause pour permettre à Agnetha d'accoucher d'un petit Christian Peter et pour Anni-Frid de retrouver son père allemand qu'elle croyait mort.

Les couples se séparent... avant le groupe

Peu après, Björn et Agnetha choisissent de se séparer... tout en prenant soin de préciser que le groupe, lui, continue comme si de rien n'était. Et de fait, après un petit passage à vide, Abba continue d'électriser les foules avec "Does Your Mother Know" ou "Gimme ! Gimme ! Gimme !".
Voilà maintenant près de 10 ans que nos quatre héros chantent ensemble et ils ont vendu presque autant de disques que The Beatles. Ils semblent d'abord bien entamer leur seconde décennie : "Winner Takes it All" devient ainsi un de leurs plus grands succès. Pourtant Benny et Frida divorcent à leur tour et l'enthousiasme général semble marquer le pas. En 1982, dans le final du clip de "Under Attack", ils s'éloignent chacun dans une direction différente et c'est justement bien la fin d'Abba.
Si aujourd'hui Frida et Agnetha vivent retirées du showbiz, Benny et Björn composent toujours pour d'autres. Ils ont aussi été bien impliqués dans les comédies musicales tirées de leurs chansons ("Abbacadabra", "Chess" et "Mamma Mia"). Les films utilisant leur musique ("Priscilla, Folle du Désert", "Muriel") sont légion : la légende continue...

source:Nostalgie.fr

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Dracipe27
  • Le blog de Dracipe27
  • : Débuter avec Word,Excel,photos numériques,trucs et astuces basiques pour débutants,Windows XP.Citations.Humour et blagues gentilles.Infos pour découvrir.Actualité positive du monde.Biographie hommes célebres.Contes et légendes.
  • Contact

Citations

  Rives des songes.MFD.Jipé (2)

Parc du Chateau de la Motte TILLY

 

 

La reconnaissance vieillit vite.

Aristote 

 

J’ai fait un rêve dans le temps passé
Quand l’espoir était brillant
Et que la vie valait la peine d’être vécue
J’ai rêvé que l’amour ne mourrait jamais.
Les misérables

 

Pensées du jour

La patience guide l'espoir en terrain inconnu.
 
L'espoir est une lumière dans un océan de ténèbres.
 
BSS.CB.JP (13)
 
Quand il n'y a plus d'espoir il y a encore un petit espoir
 
 
 
 
 
 

Le champ du monde

 

Pour s'inscrire Cliquez
 ---------------------------------------------------------------

Réfléchissons !!!!

Visiteurs d'ailleurs

Compteur installé juillet 2010 

 

 

 

 

visiteurs from aout 2007

Visiteurs "Uniques"




Toutes les photos marquées

Dracipe27 ou Antoine,

Maguy ,Mary ,

et Le mauricien


sont ma propriété. Respectez mon travail.
Si l'une d'elles vous plait,
demandez moi l'autorisation avant.